Page:Maurice Pescatore - Chasses et voyages au Congo, 1932.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
13
chasses et voyages au congo

qui résultent d’une pensée claire et convaincue. Il ne s’agis­sait alors de rien moins que des destins immédiats de régions bousculées par la guerre : de la grande politique par conséquent nécessitant qu’on tienne compte à la fois du passé et de l’avenir.

Il était né au Château-Giscours en Gironde, le 6 mars 1870. Ce grand vignoble appartenait à son grand-père. Son père l’administrait. À 24 ans il entra dans l’industrie. Sa famille maternelle était intéressée dans la Faïencerie de Septfontaines près Luxembourg. Il en devint directeur et exerça cette direction jusqu’en 1914. La guerre, l’occupation allemande du Grand Duché l’amenèrent à donner sa démis­sion. Depuis 1905 il était bourgmestre de sa commune et depuis 1908 député du canton : poste dont il ne démissionna qu’après l’armistice, malgré la popularité dont il continuait de jouir parmi ses électeurs. Les mesures qu’il préconisait — et qui, à mon avis, étaient les bonnes — n’avaient pas été suivies. Il y a là un chapitre d’histoire diplomatique et poli­tique qui sera bien intéressant à écrire…

Pendant la guerre, ayant contribué à fonder la Croix­-Rouge Luxembourgeoise, il s’était employé en outre à orga­niser et à distribuer lui-même des secours aux habitants des régions dévastées limitrophes, françaises et belges. La mé­daille d’or de la Reconnaissance française et la Légion d’Honneur consacrèrent cette belle page de sa carrière active et courageuse.

Alors il voyagea… en sportif. À cette nouvelle forme de sa belle virilité, une mort sournoise et brusque devait mettre fin en moins de quarante-huit heures, le 30 avril 1929, à bord de L’Albertville qui le ramenait en Europe avec Mme Pescatore après leur vaillante traversée de l’Afrique.

Maurice Pescatore était par excellence un sportif. Celui­-là se révèle par l’unité et la diversité avec lesquelles il pré­pare, exécute et apprécie chacune de ses performances. Pré­paration, exécution, appréciation réclament des qualités successives dissemblables et que pourtant doit animer une