Page:Meilhac, Halévy - Le Château à Toto.pdf/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOTO.

Elle oublie tout… elle pardonne tout… elle est si contente de devenir marquise de la Pépinière !


RAOUL.

Marquise !… tu ne lui as donc pas dit que je n’étais pas marquis.


TOTO, bas à Raoul.

Comment tu n’es pas marquis ?


RAOUL.

Jamais de la vie !… il faut lui dire…


TOTO.

Je crois bien qu’il le faut… attends, j’y vais.

Il va à Catherine.


CATHERINE.

Eh ! ben !


TOTO.

Eh ! ben, il est enchanté… regardez-le… a-t-il l’air assez enchanté ?


CATHERINE, regardant Raoul qui mange avec, avidité.

Ah ! il est enchanté !… c’ qu’y a d’ curieux chez lui, c’est que, peine ou plaisir, il manifeste tout d’ la même manière.


TOTO.

Il est enchanté, seulement, comme il tient avant tout à ne pas vous tromper, il m’a chargé de vous faire un aveu…


CATHERINE.

Un aveu ?…


TOTO, hésitant.

Il n’est pas marquis.


CATHERINE, surprise.

Il n’étiont point marquis ?


TOTO.

Non ! Eh bien ?


CATHERINE, après un temps.

Eh ! ben, donc ! quéqu’ vous voulez… je serai madame de la Pépinière… c’est flatteur ! tout d’ même !