Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MADAME DE FOLLE-VERDURE.

Et vous n’aurez pas peur ?…


MADAME DE QUIMPER-KARADEC.

Moi… ah ! j’en ai vu bien… allez ! allez vite !…

REPRISE DE L’ENSEMBLE.
––––––Vengeons-nous ! il faut nous venger !
––––––––––––––––––Etc., etc.

Les deux femmes sortent.


Scène X

MADAME DE QUIMPER-KARADEC, puis GARDEFEU.



MADAME DE QUIMPER-KARADEC.

Ah ! ah ! M. de Gardefeu, vous aimez les aventures régence… eh bien, nous allons voir… c’est une femme du monde qu’il vous fallait, en voici une… sarpejeu !… Je l’entends ! le voici !…

Parait Gardefeu. — Madame de Quimper-Karadec s’est assise de façon à tourner le dos à Gardefeu rentrant.


GARDEFEU, au fond.

Enfin ! elles sont parties… (Haut.) Madame, c’est encore moi ; madame, je vous en prie, n’ayez pas peur… et ne vous étonnez pas de ce que je vais vous dire… Je conviens qu’au premier abord, cela peut paraître étonnant, mais… Elle me laisse parler… Madame… (Il prend la main que madame de Quimper-Karadec laisse pendre négligemment.) Ah ! madame… madame…


MADAME DE QUIMPER-KARADEC, se retournant.

Qu’avez-vous, petit homme ?


GARDEFEU, terrifié.

Oh !


MADAME DE QUIMPER-KARADEC, souriant.

Eh bien ?


GARDEFEU.

C’est vous… vous, qui êtes ici !