Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VIII

LE BARON, URBAIN.



LE BARON.

Encore un tour de cet infernal Gardefeu !… Ah ! il faut en finir !


URBAIN.

Eh bien ! vous n’entrez pas ?


LE BARON.

Non ; mais si vous voulez m’être agréable, dites-moi où je pourrai le trouver, ce M. de Gardefeu ?


URBAIN.

Il sera ici tout à l’heure ; au bal du Brésilien.


LE BARON.

Moi aussi j’y serai à ce bal.


URBAIN.

Mais comment ?


LE BARON.

C’est vrai, je n’ai pas d’invitation.


URBAIN, lui remettant une carte.

En voulez-vous une ? J’en ai des tas ; mais il vous faut autre chose encore.


LE BARON.

Quoi donc ?


URBAIN.

Un costume ; ici on n’est reçu que masqué !


LE BARON.

N’est-ce que cela ? j’aurai un costume.


URBAIN.

Ayez-le vite, car je les entends ; voici la bande joyeuse qui arrive… (Sort le baron ; resté seul, Urbain danse un petit pas.) Eh allez donc ! voilà les vrais viveurs ! ohé ! ohé !