Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chez moi… (Gondremarck s’approche vivement de Métella, et lui offre le bras.) dans quelques jours…


LE BARON, affligé.

Dans quelques jours !… Pourquoi dans quelques jours ?


MÉTELLA.

Parce que je le veux ainsi… (Regardant Gardefeu.) Ah je me vengerai… (Saluant le baron.) Monsieur…


LE BARON.

Madame…

Métella sort.


Scène XV

LE BARON, GARDEFEU.



LE BARON.

Dans quelques jours !… j’aurais préféré… Enfin !… sept heures moins dix… dans dix minutes, la table d’hôte !


GARDEFEU.

La table d’hôte… ah ! oui. (A part.) Mais je l’ai oubliée, moi… il n’y aura rien du tout pour dîner…


ALPHONSE, annonçant.

Le major Édouard…

Entre Frick en major, tournure et physionomie entièrement changées, pantalon large, redingote verte avec des brandebourgs.


Scène XVI

Les Mêmes, FRICK.



GARDEFEU.

Ah ! voilà les convives qui commencent à arriver !…


FRICK, bas à Gardefeu.

Suis-je bien ?…


GARDEFEU.

Vous êtes superbe ! (Haut.) M. le baron, je vous laisse avec le