Page:Meilhac et Halévy - La Vie parisienne, 1866.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


–––––––––––Dont abonde
–––––––––––Le grand monde,
–––––––Sont bien connus des valets !
–––––––––––Ils observent
–––––––––––Ceux qu’ils servent.
–––––––Et le maître qui les a,
–––––––––––Les égaie
–––––––––––Et les paie
–––––––Exactement pour cela !
–––––––––––Les grimaces,
–––––––––––Si cocasses,
–––––––Que maint et maint important
–––––––––––Qu’on admire,
–––––––––––Fait sans rire,
–––––––Nous les ferons en riant !
–––––––En un mot, ne craignez rien,
–––––––Si vous voulez des gens de bien
––––––––On vous en montrera,
–––––––––––Fournira,
–––––––––––Servira,
–––––––Autant qu’il vous en faudra.

TOUS.
–––––––Autant, autant, autant qu’il en faudra.
REPRISE DE L’ENSEMBLE.
––––––Comptez sur nous, notre bon maître,
––––––––––Ne craignez rien,
––––––On dira, nous voyant paraître :
––––––––––Ah ! qu’ils sont bien !

BOBINET.
–––––––C’est cela, mes bons amis !
––––––Ah ! que vous m’avez bien compris !

TOUS.
–––––––Oui, nous avons bien compris.

URBAIN.
––––––Ah ! nous allons vous manigancer
––––––Un petit bal à tout casser !

TOUS.
––––––Un petit bal à tout casser !