Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, I.djvu/191

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Scène VI

CALCHAS, puis ORESTE, PARTHÉNIS, LÉÆNA, Joueuses de flûte, Danseuses, Amis et Amies d’Oreste.



CALCHAS, regardant à droite.

Et dire que c’est le fils d’Agamemnon, le fils de mon roi !…

Entrée d’Oreste[1], entrée vive et bruyante. Une petite troupe de joueuses de flûte et de danseuses accompagne Oreste, Parthénis et Léæna. Toute la bande se précipite sur Calchas et l’enveloppe.

TOUS.

Ohé ! Calchas ! ohé !


ORESTE, à Calchas.
I

    Au cabaret du Labyrinthe
    Cette nuit, j’ai soupé, mon vieux,
    Avec ces dames de Corinthe,
    Tout ce que la Grèce a de mieux.
    (Présentant à Calchas Parthénis et Léæna.)
    C’est Parthénis et Léæna,
    Qui m’ont dit te vouloir connaître.


CALCHAS, passant entre les deux femmes.

    Pouvais-je m’attendre à cela ?
    Mesdames, j’ai bien l’honneur d’être…


ORESTE.

    C’est Parthénis et Léæna !

  1. Les auteurs commettent ici un étrange anachronisme. Au moins n’est-ce pas par ignorance. Ils savent qu’Oreste était tout enfant quand Agamemnon attendait le vent en Aulide. Euripide nous montre Iphigénie arrivant au camp des Grecs, qui prend Oreste des bras de sa nourrice.