Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, I.djvu/268

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CALCHAS, bas.

Pas avant de nous être rhabillés, je suppose !…


AGAMEMNON, bas.

Certainement non !


ORESTE, apercevant Agamemnon.

Oh !… papa !…

Il court à lui. — Les dames se lèvent.

LE PEUPLE.

Vive le roi des rois !


CALCHAS.

Vous êtes reconnu.


AGAMEMNON.

C’est, ma foi ! vrai : je suis reconnu. Il n’y a qu’un moyen de nous en tirer… Saluons.

Il salue.

ORESTE.

Vive papa !…

Il l’embrasse.

AGAMEMNON.

Eh ! Eh ! monsieur mon fils, on a de vos nouvelles… il paraît que vous en avez fait de belles, hier soir !


ORESTE.

Pas de ma faute, papa !…


AGAMEMNON.

Je sais, je sais… c’est dans l’air… Vous grelottez, Calchas ?…


CALCHAS.

Oui, seigneur.


AGAMEMNON.

Moi aussi… allons nous habiller.


CALCHAS.

Je veux bien.