Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, I.djvu/270

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ACHILLE.

Pas fâché, moi, qu’il ait décampé… En voilà un qui me déplaisait !…


LÉÆNA.

Pas à moi !…


PARTHÉNIS.

Ni à moi !…


ACHILLE.

Affaire de pressentiment… Cet homme-là me tuerait un jour que ça ne m’étonnerait pas !…


AJAX DEUXIÈME.

Et qu’est-ce qu’il dit de tout cela, le roi Ménélas ?


ORESTE.

Mon oncle ?… il ne dit rien, mon oncle… mais c’est ma tante qui n’est pas contente !


PARTHÉNIS, regardant vers le fond à gauche.

Chut !… la voilà !…


LÉÆNA, regardant aussi.

Avec le roi Ménélas.


ORESTE.

Le roi Ménélas !… À Leucade les gêneurs !

L’orchestre reprend piano le refrain des couplets : À Leucade… et tous sortent par le fond à droite. — Le peuple s’est éloigné peu à peu. — Hélène entre alors, par le fond à gauche, suivie de Ménélas.

Scène III

MÉNÉLAS, HÉLÈNE.



MÉNÉLAS.

« Oh ! Mais, alors, ce n’était donc pas un rêve !… » Voilà la phrase que je vous supplie de m’expliquer.