Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, IV.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Aux exigences de mon cœur !
J’ai dû garder ma robe blanche
Jusqu’à mon mariage, mais
Je prétends prendre ma revanche ;
C’est le moment, ou bien jamais !
Je veux m’en fourrer jusque-là !…
Portez la lettre à Métella,
Je veux m’en fourrer jusque-la !…

GARDEFEU, à part.

Il est enragé. (Haut.) C’est entendu, monsieur, je ferai porter cette lettre.


LE BARON.

C’est très bien !… À quelle heure dîne-t-on ?


GARDEFEU.

Mais à l’heure que vous voudrez !


LE BARON.

Comment, à l’heure que je voudrai ?…


GARDEFEU.

Sans doute !


LE BARON.

Il n’y a donc pas de table d’hôte ?


GARDEFEU.

Vous tenez à dîner à table d’hôte ?


LE BARON.

Mais certainement, je voyage pour m’amuser… je n’ai pas envie de dîner en tête à tête avec la baronne.


GARDEFEU, à part.

Oh ! j’aime ce mot !


LE BARON.

Et puis, je veux voir du monde, observer, rire… et s’il n’y a pas de table d’hôte ici, je m’en vais.


GARDEFEU, à part.

Comment, il s’en va !… (Haut.) Ne vous en allez pas…