Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, IV.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


diplomate de l’époque… (Haut.) Maintenant, prince, présentez-moi.


PROSPER, avec un bégaiement marqué.

Le général Malaga de Porto-Rico. (A l’oreille.) Le premier tic-tac…


URBAIN.

Tactic…


PROSPER.

Tic-tac… tacticien de son temps…


LE BARON.

Il ne s’exprime pas avec fa… facilité… (A part.) Me voilà avec des sommités… (Haut.) Mais l’amiral et sa délicieuse compagne ?


PROSPER.

Chut !


URBAIN.

Chut !


LE BARON, à part.

Je vais donc entendre causer des hommes supérieurs… Nous allons parler littérature, science, hygiène…


PROSPER.

Eh bien, baron, dites-nous un peu ce que vous pensez de Paris ?


LE BARON.

Mon Dieu, messieurs, il m’a semblé qu’on en exagérait un peu les merveilles… Ainsi, hier, je me suis fait conduire au Musée d’artillerie… boulevard Bonne-Nouvelle…


PROSPER et URBAIN.

Boulevard Bonne-Nouvelle !…


LE BARON.

Eh bien, je m’en faisais une toute autre idée… J’y