Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/470

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE QUATRIÈME

Une place à Séville. — Au fond du théâtre, les murailles de vieilles arènes ; l’entrée du cirque est fermée par un long velum. — C’est le jour d’un combat de taureaux ; grand mouvement sur la place ; marchands d’eau, d’oranges, d’éventails, etc., etc.



Scène PREMIÈRE

LE LIEUTENANT, Deux Officiers, ANDRÈS, FRASQUITA, MERCÉDÈS, etc., puis CARMEN et ESCAMILLO.



CHŒUR
À deux cuartos,
À deux cuartos,
Des éventails pour s’éventer,
Des oranges pour grignoter !
À deux cuartos,
À deux cuartos,
Señoras et caballeros !

Pendant ce premier chœur, sont entrés les deux officiers que l’on a vu au deuxième acte ; ils ont au bras les deux bohémiennes, Mercédès et Frasquita.


PREMIER OFFICIER.
Des oranges, vite !

PLUSIEURS MARCHANDS, se précipitant.
Des oranges, vite ! En voici !
Prenez, prenez, mesdemoiselles.

UN MARCHAND, à l’officier qui paye.
Merci, mon officier, merci.