Page:Meilhac et Halévy - Théâtre, VII.djvu/478

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
CARMEN.
Veux-tu me suivre ? Non ! non !
Cette bague, autrefois tu me l’avais donnée…
Tiens !
Elle la jette à la volée.
JOSÉ, le poignard à la main, s’avançant sur Carmen.
Tiens ! Eh bien ! damnée…

Carmen recule ; José la poursuit. — Pendant ce temps, fanfares et chœur dans le cirque.

CHŒUR
Toréador, en garde !
Et songe en combattant
Qu’un œil noir te regarde
Et que l’amour t’attend.

José a frappé Carmen : elle tombe morte… Le vélum s’ouvre. La foule sort du cirque.

JOSÉ.
Vous pouvez m’arrêter… c’est moi qui l’ai tuée.
Escamillo paraît sur les marches du cirque. José se jette sur le corps de Carmen.
Ô ma Carmen ! ma Carmen adorée !…




FIN DU SEPTIÈME VOLUME.