Page:Meister - Betzi.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de mes calculs ; et je crois en conclure avec assez de justesse, qu’une nation composée d’un grand nombre d’hommes spirituels, inquiets, ambitieux, et d’un nombre incomparablement plus grand d’hommes légers, insoucians, aussi dépourvus de talens et de connaissances que de sagesse et de vertus, chargée de choisir elle-même, sans aucun guide, sans aucun régulateur sûr et facile à suivre, les représentans ou les dépositaires de ses volontés et de ses intérêts, ne peut manquer de les choisir fort mal, et si mal, que ce ne soient précisément que ses vices au lieu de ses venus, ses qualités négatives au lieu de ses qualités réelles, qui composent la grande, la très-grande majorité de sa représentation nationale.