Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
103
le jugement de chérubin


paola

J’amollirai pour toi mes farouches caresses,
Ô jeune faon craintif qui domptes les tigresses !

aline

Je serai ta servante, ô despote charmant !
Et je te servirai délicieusement !

paola

Viens ! pour dormir jusqu’à l’aurore purpurine,
Tu poseras le soir tes pieds sur ma poitrine !