Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE THÉ



Je n’ai jamais aimé cette ivresse bruyante
Qui dérange les plis de notre dignité ;
La grande Muse porte un péplum bien sculpté,
Et le trouble est banni des âmes qu’elle hante.