Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
198
pantéleia


II


Pantéleïa, flocon d’azur, je vous salue !
Dans le bois où les vents mugissent en courroux,
Au pied de la montagne énorme et chevelue,

Sur les rocs sourcilleux, dans les taillis de houx,
Dans la grotte, où parmi les lierres et la mousse,
Rêve paisiblement l’auguste lion roux !