Page:Michelet - Comme jadis, 1925.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
127
COMME JADIS…

Mourier a dénombré d’un regard les équipages.

— Les Trudel ne sont pas là, ni les Moreau. Tiens ! je reconnais le team de Toine Lussier, ça doit être son nouveau cutter. Bah ! de la camelote, ça vient de chez Eaton… Vous souvenez-vous, Minnie, il y a huit ans, on aurait cherché un cutter dans toute la place. À peine de bobsleigh, chacun se construisait un traîneau comme il pouvait…

Il s’est interrompu lui-même par un grand signe de croix : nous avions franchi le seuil, fait d’un tronc d’arbre équarri à la hache, de notre petite église.

Mon cousin, j’ai prié pour vous. J’ai dit : « Mon Dieu, rendez-le fort… relevez-le, redressez-le… Ayez pitié de lui, il a connu la trahison, la trahison qui laisse amers et sans courage les humains… » Le visage dans mes mains la messe s’est achevée sans que j’y prisse garde. Un frôlement m’a fait sursauter.

— Oh ! Noëlla, c’est vous ?

— Je croyais que vous pleuriez, pardonnez-moi.

Elle était confuse, maintenant du souvenir que sa remarque venait de rappeler.

— Non, je ne pleurais pas. Merci de m’avoir secouée, Mourier doit s’impatienter.

À côté de moi, son corps a ployé pour la génuflexion profonde. Quelle est jolie et fine cette petite ! Elle a une grâce et une distinction que n’ont pas toutes les autres, les belles filles aux yeux