Page:Michelet - Histoire de France - Lacroix 1880 tome 1.djvu/338

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

cet enfant. Dido le conduisit en Irlande. Mais les hommes libres d’Ostrasie tendirent des embûches à Grimoald, l’arrêtèrent et l’envoyèrent à Paris, au roi de Neustrie Clovis II, fils de Dagobert, qui le fit mourir avec son fils.

Les trois royaumes se trouvèrent ainsi réunis sous Clovis II, ou plutôt sous Erchinoald, maire du palais de Neustrie. Pendant la minorité des trois fils de Clovis, le même Erchinoald, puis le fameux Ébroin, remplirent la même charge, s’appuyant du nom et de la sainteté de Bathilde, veuve du dernier roi. C’était une esclave saxonne que Clovis avait faite reine. Ces maires, ennemis des grands, leur opposaient avec avantage aux yeux des peuples une esclave et une sainte.

Quelle était précisément cette charge des maires du palais ? M. de Sismondi ne peut croire que le maire ait été originairement un officier royal. Il y voit un magistrat populaire, institué pour la protection des hommes libres, comme le justiza d’Aragon. Cette espèce de tribun et de juge eût été appelé morddom, juge du meurtre. Ces mots allemands auraient été facilement confondus avec ceux de major domûs, et la mairie assimilée à la charge de l’ancien comte du palais impérial. Nul doute que le maire n’ait été souvent élu, et même de bonne heure, aux époques de minorité ou d’affaiblissement du pouvoir royal ; mais aussi nul doute qu’il n’ait été choisi par le roi, au moins jusqu’à Dagobert[1]. Quiconque connaît l’esprit de la

  1. « In infantia Sigiberti omnes Austrasii, cum eligerent Chro-