Page:Michelet - Histoire de France - Lacroix 1880 tome 1.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Marius, pour faire plus vivement souhaiter la bataille à ses soldats, avait fait placer son camp sur une colline sans eau qui dominait un fleuve. « Vous êtes des hommes, leur dit-il, vous aurez de l’eau pour du sang. » Le combat s’engagea en effet bientôt aux bords du fleuve. Les Ambrons, qui étaient seuls dans cette première action, étonnèrent d’abord les Romains par leurs cris de guerre qu’ils faisaient retentir comme un mugissement dans leurs boucliers : Ambrons ! Ambrons ! Les Romains vainquirent pourtant, mais ils furent repoussés du camp par les femmes des Ambrons ; elles s’armèrent pour défendre leur liberté et leurs enfants, et elles frappaient du haut de leurs chariots sans distinction d’amis ni d’ennemis. Toute la nuit, les barbares pleurèrent leurs morts avec des hurlements sauvages qui, répétés par les échos des montagnes et du fleuve, portaient l’épouvante dans l’âme même des vainqueurs. Le surlendemain, Marius les attira par sa cavalerie à une nouvelle action. Les Ambrons-Teutons, emportés par leur courage, traversèrent la rivière et furent écrasés dans son lit. Un corps de trois mille Romains les prit par derrière et décida leur défaite. Selon l’évaluation la plus modérée, le nombre des barbares pris ou tués fut de cent mille. La vallée, engraissée de leur sang, devint célèbre par sa fertilité. Les habitants du pays n’enfermaient, n’étayaient leurs vignes, qu’avec des os de morts. Le village de Pourrières rappelle encore aujourd’hui le nom donné à la plaine : Campi putridi, champ de la putréfaction. Quant au butin, l’armée le donna tout entier à Marius, qui, après un sacrifice solennel, le brûla en l’honneur des dieux.