Page:Michelet - La Mer, 1875.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


On connaît maintenant la rapidité extrême de leur travail. À Rio-Janeiro, en quarante jours de relâche, des canots disparaissaient déjà sous les tubulaires qui s’en étaient emparés. Un détroit, près de l’Australie, comptait naguère vingt-six îlots. Il en a déjà cent cinquante bien reconnus ; l’Amirauté anglaise annonce qu’il en a davantage, et qu’en vingt ans, dans sa longueur de quarante lieues, il sera impraticable.

Le récif oriental de l’Australie a trois cent soixante lieues (cent vingt-sept sans interruption) ; celui de la Nouvelle-Calédonie, cent quarante-cinq lieues. Des groupes d’îles, dans le Pacifique, ont quatre cents lieues de long, sur cent cinquante de large. La seule chaîne des Maldives a presque cinq cents milles de long. Ajoutez les bancs de l’île de France, les bas-fonds de la mer Rouge, incessamment exhaussés.

Timor, avec ses environs, offre un monde tout animal. On ne foule que choses vivantes. Les roches offrent tant de formes bizarres, et de riches couleurs, qu’on en est saisi, ébloui. Vous les voyez dans un espace de plusieurs lieues dans l’eau de mer, peu profonde (peut-être d’un pied), qui travaillent tranquillement, mais activement continuent leur métier de créateurs.

Le premier observateur intelligent fut Forster,