Page:Michelet - La Mer, 1875.djvu/369

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

sang, elle a ta sève et ta chaleur, chaque élément représenté par tel ou tel de ses enfants.

Et elle a ce que tu n’as guère, le trop-plein et l’excès de force. Son souffle donne je ne sais quoi de gai, d’actif, de créateur, ce qu’on pourrait appeler un héroïsme physique. Avec toute sa violence, la grande génératrice n’en verse pas moins l’âpre joie, l’alacrité vive et féconde, la flamme de sauvage amour dont elle palpite elle-même.