Page:Michelet - OC, Bible de l’humanité, Une année du Collège de France.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



   6                         BIBLE DE L’HUMANITÉ 
   les types des choses essentielles et vitales pour l’humanité. 
     L’Inde primitive des Védas nous donne la famille dans la pureté 
   naturelle et l’incomparable noblesse que nul âge n’a pu dépasser. 
     La Perse est la leçon du travail héroïque, dans la grandeur, la 
   force, la vertu créatrice, que notre temps 
   lui-même, si puissant, pourrait envier. 
     La Grèce, outre ses arts, eut le plus grand de tous, l’art de 
   faire l’homme. Merveilleuse puissance, énormément féconde, qui 
   domine et méprise ce qui s’est fait depuis. 
     Si de bonne heure l’homme n’eût eu ses trois causes de vie 
    (respiration, circulation et assimilation), l’homme à coup sûr 
    n’eût pas vécu. 
     Si, dès l’Antiquité, il n’eût pas possédé ses grands organes 
   sociaux (foyer, travail, éducation), il n’aurait pas duré. La 
   société’ eût péri, et l’individu même. 
     Donc, les types naturels en ont existé de bonne heure et dans 
   une beauté merveilleuse et incomparable. 
   
     Pureté, force, lumière innocence. Toute enfance. Mais rien de 
     plus grand. 
     
     Vierges, enfants, venez, et prenez hardiment les 
   Bibles de lumière. Tout y est salubre et très pur. 
     Le plus pur, l’Avesta, un rayon du soleil. 
    Homère, Eschyle, avec les grands mythes héroïques, 
  sont pleins de jeune vie, verte sève de mars 
  brillant azur d’avril. 
    L’aube est dans les Védas. Dans le Râinayana (ôtez