Page:Michelet - OC, Le Peuple, Nos fils.djvu/404

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
400
NOS FILS

sujet d’épouvante pour tout le genre humain pour tant d’autres qui n’ont pas plu !

Nul innocent en ce système. Tous en naissant sont deux fois condamnés.

Condamnés pour Adam, pour le péché durable qui a gâté la race pour toujours

Condamnés comme fils de la concupiscence, du plaisir où ils sont conçus.

La femme qui rougit de son corps et de sa funeste beauté, rougira plus encore de la revoir plus belle dans l’enfant, cette éblouissante et tendre fleur de sang, le triomphe de la chair même.

Dompter la chair, la pâlir, l’amortir, c’est la vocation du chrétien. Scandaleuse est la vie luxuriante de ce petit païen. Il faudra la réduire, en comprimer l’essor par une pauvre alimentation, tranchons le mot, un demi-jeûne.

Il a grandi à peine que déjà perce sa malice. Qu’a servi le baptême ? Le démon, que ce sacrement adjurait de sortir, n’est pas sorti du tout. On le reconnaît à vingt signes.

Le grand signe, c’est de voir pousser, monter en lui, cette chose dangereuse entre toutes, l’essence du démon, qu’on aura tant de mal à extirper, la Liberté, cette force tenace de libre volonté. Mauvaise herbe qui trace. On arrache. Il en reste autant.

Ne perdons pas une minute pour combattre cela. Quelque petit qu’il soit, ne le ménageons pas, appliquons-y des remèdes héroïques.

« Si l’on raisonnait ? si l’on faisait appel à ses bons