Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
125
Mme ROLAND

leur amour commun du beau et du bon, leur attachement à cette femme parfaite qui leur en présentait l’image, cela formait tout naturellement un groupe, une harmonie complète. Ils se convinrent si bien, qu’ils se demandèrent s’ils ne pourraient continuer de vivre ensemble. Auquel des trois vint cette idée, on ne le sait mais elle fut saisie par Roland avec vivacité, soutenue avec chaleur. Les Roland, en réunissant tout ce qu’ils avaient, pouvaient apporter à l’association soixante mille livres ; Lanthenas en avait vingt ou un peu plus, à quoi Bancal en aurait joint une centaine de mille. Cela faisait une somme assez ronde, qui leur permettait d’acheter des biens nationaux, alors à vil prix.

Rien de plus touchant, de plus digne, de plus honnête, que les lettres où Roland parle de ce projet à Bancal. Cette noble confiance, cette foi à l’amitié, à la vertu, donne et de Roland et d’eux tous la plus haute idée « Venez, mon ami, lui dit-il. Eh que tardez-vous ?… Vous avez vu notre manière franche et ronde : ce n’est point à mon âge qu’on change, quand on n’a jamais varié. Nous prêchons le patriotisme, nous élevons l’âme ; le docteur fait son métier ; ma femme est l’apothicaire des malades du canton. Vous et moi, nous ferons les affaires, etc.

La grande affaire de Roland c’était de catéchiser les paysans de la contrée, de leur prêcher le nouvel Évangile. Marcheur admirable malgré son âge, parfois le bâton à la main, il s’en allait jusqu’à Lyon avec son ami Lanthenas, jetant la bonne semence de la liberté sur tout le chemin. Le digne homme croyait trouver dans Bancal un auxiliaire utile, un nouveau