Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
141
Mme ROLAND

où est l’obélisque, monta légèrement les degrés, et, se tournant vers la statue, lui dit, avec une grave douceur, sans reproche « Ô Liberté ! que de crimes commis en ton nom ! »

Elle avait fait la gloire de son parti, de son époux, et n’avait pas peu contribué à les perdre. Elle a involontairement obscurci Roland dans l’avenir. Mais elle lui rendait justice, elle avait pour cette âme antique, enthousiaste et austère une sorte de religion. Lorsqu’elle eut un moment l’idée de s’empoisonner, elle lui écrivit pour s’excuser près de lui de disposer de sa vie sans son aveu. Elle savait que Roland n’avait qu’une unique faiblesse, son violent amour pour elle, d’autant plus profond qu’il le contenait.

Quand on la jugea, elle dit : « Roland se tuera. » On ne put lui cacher sa mort. Retiré près de Rouen, chez des dames, amies très sûres, il se déroba, et, pour faire perdre sa trace, voulut s’éloigner. Le vieillard, par cette saison, n’aurait pas été bien loin. Il trouva une mauvaise diligence qui allait au pas ; les routes de 93 n’étaient que fondrières. Il n’arriva que le soir aux confins de l’Eure. Dans l’anéantissement de toute police, les voleurs couraient les routes, attaquaient les fermes ; des gendarmes les poursuivaient. Cela inquiéta Roland, il ne remit pas plus loin ce qu’il avait résolu. Il descendit, quitta la route, suivit une allée qui tourne pour conduire à un château ; il s’arrêta au pied d’un chêne, tira sa canne à dard et se perça d’outre en outre. On trouva sur lui son nom, et ce mot « Respectez les restes d’un homme vertueux. » L’avenir ne l’a pas démenti. Il a