Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
181
MORT DE CHARLOTTE CORDAY

son estime. « Ces messieurs viennent de m’apprendre que mes biens sont confisqués : je dois quelque chose à la prison, je vous charge d’acquitter ma dette. »

Redescendue de la salle par le sombre escalier tournant dans les cachots qui sont dessous, elle sourit à ses compagnons de prison, qui la regardaient passer, et s’excusa près du concierge Richard et de sa femme, avec qui elle avait promis de déjeuner. Elle reçut la visite d’un prêtre qui lui offrait son ministère, et l’éconduisit poliment : « Remerciez pour moi, dit-elle, les personnes qui vous ont envoyé. »

Elle avait remarqué pendant l’audience qu’un peintre essayait de saisir ses traits, et la regardait avec un vif intérêt. Elle s’était tournée vers lui. Elle le fit appeler après le jugement, et lui donna les derniers moments qui lui restaient avant l’exécution. Le peintre, M. Hauer, était commandant en second du bataillon des Cordeliers. Il dut à ce titre peut-être la faveur qu’on lui fit de le laisser près d’elle, sans autre témoin qu’un gendarme. Elle causa fort tranquillement avec lui de choses indifférentes, et aussi de l’événement du jour, de la paix morale qu’elle sentait en elle-même. Elle pria M. Hauer de copier le portrait en petit, et de l’envoyer à sa famille.

Au bout d’une heure et demie, on frappa doucement à une petite porte qui était derrière elle. On ouvrit, le bourreau entra. Charlotte, se retournant, vit les ciseaux et la chemise rouge qu’il portait. Elle ne put se défendre d’une légère émotion, et dit involontairement : « Quoi ! déjà ! » Elle se remit aus-