Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
183
MORT DE CHARLOTTE CORDAY

calme parfait parmi les cris de la foule, une sérénité grave et simple ; elle arriva à la place dans une majesté singulière, et comme transfigurée dans l’auréole du couchant.

Un médecin qui ne la perdait pas de vue dit qu’elle lui sembla un moment pâle, quand elle aperçut le couteau. Mais ses couleurs revinrent, elle monta d’un pas ferme. La jeune fille reparut en elle au moment où le bourreau lui arracha son fichu, sa pudeur en souffrit, elle abrégea, avançant d’elle-même au-devant de la mort.

Au moment où la tête tomba, un charpentier maratiste qui servait d’aide au bourreau l’empoigna brutalement, et, la montrant au peuple, eut la férocité indigne de la souffleter. Un frisson d’horreur, un murmure parcourut la place. On crut voir la tête rougir. Simple effet d’optique peut-être : la foule troublée à ce moment avait dans les yeux les rouges rayons du soleil qui perçait les arbres des Champs-Élysées.

La commune de Paris et le tribunal donnèrent satisfaction au sentiment public en mettant l’homme en prison.

Parmi les cris des maratistes, infiniment peu nombreux, l’impression générale avait été violente d’admiration et de douleur. On peut en juger par l’audace qu’eut la Chronique de Paris, dans cette grande servitude de la presse, d’imprimer un éloge, presque sans restriction, de Charlotte Corday.

Beaucoup d’hommes restèrent frappés au cœur, et n’en sont jamais revenus. On a vu l’émotion du président, son effort pour la sauver, l’émotion de