Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
253
CHAQUE PARTI PÉRIT PAR LES FEMMES

sion vigoureuse d’hommes et de soldats. Bonchamps n’avait pas calculé que dix ou douze mille femmes s’accrocheraient aux Vendéens et se feraient emmener.

Elles crurent trop dangereux de rester dans le pays. Aventureuses d’ailleurs, du même élan qu’elles avaient commencé la lutte civile, elles voulurent aussi en courir la suprême chance. Elles jugèrent qu’elles iraient plus vite et mieux que les hommes, qu’elles marcheraient jusqu’au bout du monde. Les unes, femmes sédentaires, les autres, religieuses (comme l’abbesse de Fontevrault), elles embrassaient volontiers d’imagination l’inconnu de la croisade, d’une vie libre et guerrière. Et pourquoi la Révolution, si mal combattue par les hommes, n’aurait-elle pas été vaincue par les femmes, si Dieu le voulait ?

On demandait à la tante d’un de mes amis, jusque-là bonne religieuse, ce qu’elle espérait en suivant cette grande armée confuse où elle courait bien des hasards. Elle répondit martialement « Faire peur à la Convention. »

Bon nombre, de Vendéennes croyaient que les hommes moins passionnés pourraient bien avoir besoin d’être soutenus, relevés par leur énergie. Elles voulaient faire marcher droit leurs maris et leurs amants, donner courage à leurs prêtres. Au passage de la Loire, les barques étaient peu nombreuses ; elles employaient, en attendant, le temps à se confesser. Les prêtres les écoutaient, assis sur les tertres du rivage. L’opération fut troublée par quelques volées perdues du canon républicain. Un des confesseurs fuyait… Sa pénitente le rattrape « Eh ! mon père !