Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
287
INTRODUCTION


LA LÉGENDE D’OR


Ce livre, c’est la Légende d’or, vraie, pure et sans alliage, où l’on ne trouvera rien que l’or de la vérité.

La vieille Légende dorée, qui jadis amusa nos pères, fut tout autre chose. Aux vertus réelles de ces temps elle mêla les faux miracles de la fausse sainteté. Dorée au dehors, elle ne fut souvent que plomb au dedans. Et celle-ci, quelque indigne que la forme en puisse paraitre, est d’elle-même le trésor du passé, de l’avenir.

Oui, peu importe l’ouvrier, peu importe la façon ; le fond est si riche que quiconque y touchera, nous le disons hardiment, en sera nourri, consolé, élevé, augmenté de cœur. Plus d’un, faible et triste à la première page, après l’avoir lu, se sentira grand.

À qui offrirons-nous ce livre ? A ceux d’abord qui, plus que personne, l’ont inspiré et soutenu, qui en ont donné la matière, aux hommes de toute nation qui, par tant d’actes héroïques dans les dernières