Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
299
NOS ARMÉES RÉPUBLICAINES

Laissez les frères avec les frères. Si nous méritons quelque récompense, qu’on nous permette, à nous qui vécûmes hors de France, qui mourûmes presque tous sur la terre étrangère, de rentrer dans ce peuple que nous avons aimé de passer avec lui notre immortalité confondus désormais au sein de la patrie. »

Ouvrons notre légende par celui qui fut à la fois un soldat et un chef, par La Tour d’Auvergne, le premier grenadier de la République.