Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
43
LES FEMMES DU 6 OCTOBRE (89)

La reine fut forcée d’y paraître. La Fayette s’y présenta, et, s’associant à son péril, lui baisa la main. Le peuple, surpris, attendri, ne vit plus que la femme et la mère, et il applaudit.

Chose curieuse ! les politiques, les fortes têtes, ceux particulièrement qui voulaient faire le duc d’Orléans lieutenant général, craignaient extrêmement la translation du roi à Paris. Ils croyaient que c’était pour Louis XVI une chance de redevenir populaire. Si la reine (tuée ou en fuite) ne l’eût pas suivi, les Parisiens se seraient très probablement repris d’amour pour le roi. Ils avaient eu de tout temps un faible pour ce gros homme qui n’était nullement méchant, et qui, dans son embonpoint, avait un air de bonhomie béate et paterne, tout à fait au gré de la foule. On a vu plus haut que les dames de la Halle l’appelaient un bon papa ; c’était toute la pensée du peuple.

Le roi avait mandé l’Assemblée au château. Il n’y eut pas quarante députés qui se rendirent à cet appel. La plupart étaient incertains, et restaient dans la salle. Le peuple, qui comblait les tribunes, fixa leur incertitude ; au premier mot qui fut dit d’aller siéger au château, il poussa des cris. Mirabeau se leva alors, et, selon son habitude de couvrir d’un langage fier son obéissance au peuple, dit « que la liberté de l’Assemblée serait compromise, si elle délibérait au palais des rois, qu’il n’était pas de sa dignité de quitter le lieu de ses séances, qu’une députation suffisait. » Le jeune Barnave appuya. Le président Mounier contredit en vain.

Enfin, l’on apprend que le roi consent à partir