Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
444
LES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION

Les femmes de Messine, pendant le bombardement, filaient sur leur porte. Et quand l’étranger, au bruit, baissait la tête ou pressait le pas, elles disaient froidement : « Mais, quoi ! ce n’est qu’une bombe ! »