Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/449

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
447
MAMELI

VI


Je ne fais pas ici l’histoire. C’est trop tôt. Et il y a aussi trop de rougeur pour la France. Tout homme au ’monde, excepte nous, peut raconter ces événements.

Ce que je disais tout à l’heure du caractère vraiment jeune de cette révolution, ne se confirma que trop quand on la vit poétique, exaltée, se fier à l’égoïste politique des gouvernants.

Que l’incapacité ait eu aussi une large part en tout cela, les vieilles routines militaires, nul n’en doute. Les deux éléments associés étaient inconciliables ; les masses italiennes soulevées, ces admirables volontaires qui, de tous côtés, en chantant, se précipitaient vers le nord, et, d’autre part, la sombre, lourde, froide aristocratie piémontaise, c’était un violent contraste. La lave tout ardente plongée dans la neige ! un Vésuve dans un glacier Il n’était pas malaisé de prévoir l’événement, qui fut un grand malheur pour le présent, mais sans doute aussi un bonheur pour l’avenir.