Page:Michelet - OC, Les Femmes de la Révolution, Les Soldats de la Révolution.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
77
LES SALONS. — Mme DE CONDORCET

aux cérémonies, siégerait convenablement, irait à la messe, et même, au moyen de certain ressort, prendrait des mains du président de l’Assemblée la liste des ministres que désignerait la majorité… Mon roi ne serait pas dangereux pour la liberté ; et cependant, en le réparant avec soin, il serait éternel, ce qui est encore plus beau que d’être héréditaire. On pourrait même le déclarer inviolable sans injustice, et le dire infaillible sans absurdité. »

Chose remarquable, cet homme mûr et grave, qui s’embarquait par une plaisanterie sur l’océan de la Révolution, ne se dissimulait nullement les chances qu’il allait courir. Plein de foi dans l’avenir lointain de l’espèce humaine, il en avait moins pour le présent, ne se faisait nullement illusion sur la situation, en voyait très bien les dangers. Il craignait, non pour lui-même (il donnait volontiers sa vie), mais pour cette femme adorée, pour ce jeune enfant né à peine du moment sacré de Juillet. Depuis plusieurs mois, il s’était secrètement informé du port par lequel il pourrait, au besoin, faire échapper sa famille, et il s’était arrêté à celui de Saint-Valéry.

Tout fut ajourné, et, de proche en proche, l’événement arriva. Il arriva par Condorcet lui-même ; cet homme si prudent devint hardi en pleine Terreur. Rédacteur du projet de Constitution en 92, il attaqua violemment la Constitution de 93, et fut obligé de chercher un asile contre la proscription.