Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nouvelle. Les chroniqueurs, qui ont recueilli cette tradition, parlent aussi de diplômes accordés aux Lechs par Alexandre le Grand et par César, lesquels leur auraient abandonné la possession de tous les pays du Nord. Ces diplômes, dit-on, ont été perdus dans une bataille contre les Turcs et doivent se retrouver à Constantinople. Au XVIe siècle, des recherches, des voyages, ont été entrepris à ce sujet par des hommes graves. Quoi qu’il en soit, la tradition exprime ici visiblement le désir de faire la conquête du Nord, le mystérieux espoir de rentrer dans tous les droits concédés par de prétendus diplômes, pure invention de quelques chroniqueurs. Jusqu’a la moitié du ixe siècle, les traditions des Lechs et des Czechs se ressemblent ; les Lechs y sont quelquefois désignés sous le nom de Sarmates ; ce nom, les Polonais, dans leur style poétique, le donnent souvent à leurs ancêtres.

Après la maison nationale des Popiels, celle des Piasts prend le sceptre de Pologne. Les Piasts étaient Slaves ; c’est le peuple lui-même qui choisit le premier roi de cette famille qui régna longtemps, et dont le dernier descendant est mort, au xviie siècle, dans une obscure principauté de la Silésie. La dynastie des Piasts, sous laquelle la Pologne s’est formée et développée, offre un caractère tout particulier : ses rois sont représentés comme de vrais pères de famille ; ils sont bienveillants et même débonnaires ; la simplicité, la bonté, tel est le type qui les distingue.

La critique moderne a rejeté tous ces faits tradi-