Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les détruits les uns et les autres. Ce sont les grands ducs de Moscou qui ont renversé la Horde d’or, le royaume de Sibérie, le Khannat de Crimée. C’est donc, la Russie qui a seule vaincu ces peuples en les divisant sans cesse, en les empêchant de se réunir et de se concentrer. Elle a même réussi à se les assimiler ; de nos jours, elle les emploie à son service.

Je passe maintenant aux questions littéraires. Un me reproche d’avoir déterminé d’une manière arbitraire, sinon injuste, les caractères principaux des littératures slaves, telles qu’elles nous apparaissent à l’époque actuelle.

J’ai dit que la langue russe est la langue de la législation et du commandement. Certes, je ne nie pas ses qualités poétiques, je ne puis passer sous silence les poêtes remarquables de la Russie ; mais j’énonce un fait constant, lorsque je dis que la législation. russe a été imposée à un grand nombre de peuples slaves ; que la langue russe est enseignée d’office comme langue administrative : c’est donc son caractère actuel. Parmi les ouvrages de la littérature russe moderne, le plus remarquable et le plus important sans contredit, c’est le code publié parla commission de législation.

J’ai dit aussi que le polonais est la langue de la conversation et de la littérature. Comment en serait-il autrement ? La Pologne, depuis longtemps, n’a plus de tribune nationale ou puissent s’exprimer les sympathies et les vœux du peuple ; elle n’a pas même de chaire scientifique. La langue polonaise a été bannie des écoles ; elle n’a pas de théâtre natio-