Page:Mickiewicz - Les Slaves, tome 1.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.





À MES LECTEURS.


_____


Les dates de ce Cours indiquent l’époque à laquelle je l’ai commencé et celle il laquelle j’ai été obligé de le finir. Aujourd’hui, j’aurais dû, peut-être, le modifier en quelques points de détails ; mais je n’aurais rien à changer au fond de l’idée capitale que j’y ai traitée.

Le temps nécessaire pour faire de ces leçons un ouvrage plus complet m’a manqué jusqu’ici, car j’ai eu, comme Polonais, de nouveaux devoirs à remplir envers mon pays : depuis huit ans, j’ai été sous la préoccupation de l’idée que je développais dans mon cours ; aujourd’hui, je suis sous celle, plus grande encore, des événements que cette idée fait surgir sur le vaste champ de la politique.

Néanmoins, le public français trouvera, dans cette édition, plus de correction que dans les deux éditions, polonaise et allemande, qui l’ont précédée.


A. MICKIEWICZ.


Paris, ce 31 mai 1849.