Page:Mirbeau - Ça les embête, paru dans l’Écho de Paris, 8 décembre 1890.djvu/2

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ÇA LES EMBÊTE !


Un couloir, à la Comédie-Française, le soir de la première représentation de la Parisienne. C’est pendant le second entr’acte. Les spectateurs vont et viennent. Les groupes animés se forment et discutent. On se communique ses impressions. Il y a dans l’atmosphère comme une vapeur lourde de bêtise, qui s’épand et s’épaissit à chaque minute. Deux critiques célèbres adossés à la porte d’une baignoire, causent.



Premier critique

Eh bien ?


Deuxième critique

Eh bien ?


Premier critique (haussant les épaules)

Que pensez-vous de ça ?


Deuxième critique (même jeu)

Euh !… Et vous ?


Premier critique

Moi !… Euh !…


Deuxième critique

C’est évident !


Premier critique

Parbleu !… Je le savais.


Deuxième critique

C’était facile à prévoir.


Premier critique

Voilà plus de quinze jours que je m’évertuais à le crier sur les toits.


Deuxième critique (avec une joie profonde)

Un four !


Premier critique (enthousiaste)

Noir ! mon cher… noir.


Deuxième critique

C’est évident !


Premier critique

Parbleu !…