Page:Mirbeau - La Vache tachetée.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




Idées générales…


— Monsieur Georges Marrieul ? demanda Jules Rigard à un garçon de bureau qui, assis devant une table, grognon et tout chauve, ficelait maladroitement des paquets de journaux, tandis qu’un autre, près de lui, debout, sale, les cheveux en broussaille, les mains tachées d’encre, triait des lettres qu’il insérait avec soin dans les petits compartiments d’un casier, en épelant les suscriptions à haute voix.

Des grooms, engoncés dans des vestes de drap gros bleu, trop larges et usées, allaient, venaient, se poursuivaient, s’amusaient à se donner des tapes, à se bourrer le dos de coups de poing. Un jeune homme, qu’on sentait être un habitué de la maison, arriva en chantant, examina Jules Rigard de coin, hostilement, passa.

— Rien pour moi, Joseph ? dit-il.

— Rien, Monsieur Chrétien.