Page:Mirbeau - Le Journal d’une femme de chambre.djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.





IV


26 septembre.


Depuis une semaine, je ne puis plus écrire une seule ligne de mon journal… Quand vient le soir, je suis éreintée, fourbue, à cran… Je ne pense plus qu’à me coucher et dormir… Dormir !… Si je pouvais toujours dormir !…

Ah ! quelle baraque, mon Dieu ! Rien n’en peut donner l’idée.

Pour un oui, pour un non, Madame vous fait monter et descendre les deux maudits étages… On n’a même pas le temps de s’asseoir dans la lingerie, et de souffler un peu que… drinn !… drinn !… drinn !… il faut se lever et repartir… Cela ne fait rien qu’on soit indisposée… drinn !… drinn !… drinn !… Moi, dans ces moments-là, j’ai aux reins des douleurs qui me plient en deux, qui me tordent le ventre, et me feraient presque crier… drinn !… drinn !… drinn !… Ça ne compte pas… On n’a point le temps d’être malade, on n’a