Page:Mirecourt - Paul de Kock.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Bah ! si je vous fais des rentes ?

— Vous voulez me faire des rentes, généreux éditeur. Touchez là, j’accepte !

— Par exemple, il faut vous engager à ne travailler que pour moi.

— Tout ce que vous voudrez, Barba ! Ma maison de Romainville, et je suis à vous, encre et plume, jusqu’au dernier chapitre !

L’éditeur tira de sa poche un traité dont toutes les clauses étaient prêts. Paul de Kock se liait par cet acte, pour dix années entières, et chacun de ses ouvrages[1] était acheté d’avance au pris de deux mille six cents francs.

— Bravo !… c’est convenu, Barba !…

  1. En quatre volumes in-douze.