Page:Moissan - Recherches sur l’isolement du fluor.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
RECHERCHES SUR L’ISOLEMENT DU FLUOR.

CHAPITRE II.
ACTION DU PLATINE AU ROUGE SUR LES FLUORURES
DE PHOSPHORE ET LE FLUORURE DE SILICIUM.


Depuis les recherches de M. Fremy, on sait que le fluorure de platine produit dans l’électrolyse des fluorures alcalins se décompose sous l’influence d’une température élevée, et qu’il ne reste finalement dans l’appareil que de la mousse de platine. Il était donc logique de penser que, si l’on pouvait combiner au rouge sombre un fluorure gazeux à la mousse de platine, il serait possible d’en séparer le fluor en portant rapidement la masse au rouge vif.

Afin de s’assurer par un premier essai si le platine au rouge exerçait une action sur les fluorures de phosphore, nous nous y sommes pris de la façon suivante :

Trois éléments Bunsen affaiblis ont été disposés de façon à obtenir un courant aussi constant que possible et l’on a fermé le circuit. Grâce à un courant dérivé, on pouvait à volonté faire passer le courant, soit dans le fil de cuivre qui réunissait les pôles, soit dans un fil de platine d’un diamètre tel que, entouré d’air, il était porté au rouge à une température bien inférieure à celle de son point de fusion.

Le fil de platine était ensuite placé dans une atmosphère de trifluorure de phosphore, et il était traversé à nouveau par le même courant. On voyait aussitôt le platine fondre rapidement. Cette expérience, répétée dans le pentafluorure de phosphore, a donné des résultats un peu différents. Au moment de la fusion du platine, le volume a augmenté brusquement, puis il a diminué, et la surface du mercure est devenue noire.

En résumé, le platine au rouge détruit les fluorures de phosphore et un composé assez fusible se forme, proba-