Page:Molière - Édition Louandre, 1910, tome 2.djvu/617

La bibliothèque libre.