Page:Monod - Jules Michelet, 1875.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À MADAME


JULES MICHELET



Madame,

Permettez-moi d’inscrire votre nom sur la première page de ce livre, faible et imparfait hommage rendu à la mémoire du grand écrivain, de l’homme admirable que la France pleure avec vous. Il appartient de droit à celle qui a été la compagne des vingt-cinq dernières années de sa vie, à celle qui est aujourd’hui la seule héritière de sa pensée et de son nom, à celle dont le souvenir vivra dans l’avenir indissolublement uni au sien.

G. MONOD.