Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

50 SIRE HAIN ET DAME ANIEUSE. 99

Li a tornées d’une part,
Se li a mis en son platel ;
Puis les cuevre de son mantel,
En sa meson en vint tout droit.
Sire Hains, quant venir la voit,
Li a dit : « Bien veigniez vous, dame ;
Foi que vous devez Notre-Dame,
Est-ce raie, ou chien de mer ?
— L’en faut moult bien à son esmer,
Fet Anieuse, sire Hain ;
Volez-vous lier vostre estrain,
Qui me demandez tel viande ?
Moult est ore fols qui demande
Chose que l’en ne puet avoir :
Vous savez bien trestout de voir
Qu’il a anuit toute nuit plut :
Toz li poissons de là hors put.
— Put ! fet sire Hains ; Dieu merci,
J’en vi ore porter par ci
De si bons dedenz .I. panier.
— Vous en porrez jà tant pledier,
Fet cèle, qui le het de cuer,
Que je geterai jà tout puer.
Dehait qui le dit s’il nel fet ! »
Les espinoches tout à fet
A semées aval la cort.
« Diex ! fet Hains, com tu me tiens cort !
A paines os-je dire mot ;
Grant honte ai quant mon voisin m’ot,
Que tu me maines si viument.