Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/138

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

110 FABLIAU VI 380

Ne jamès por nul mal afère
Ne te dreceras contre lui. »
   Anieuse dist sanz delui :
« Par foi, bien le vueil créanter,
Por que je m’en puisse garder,
Ainsi en vueil fère l’otroi. »
A cest mot en risent tuit troi,
Sire Hains, Symons et Aupais.
Toutes voies firent la pais ;
De la corbeille la getèrent,
Et en meson la ramenèrent ;
Moult sovent s’est clamée lasse.
Mais Diex i mist tant de sa grace,
Que puis cele nuit en avant
Onques ne s’ala percevant
Sire Hains qu’el ne li féist
Trestout ce qu’il li requéist :
De lui servir s’avolentoit.
Et, por ce que les cops doutoit,
Nel desdisoit de nule chose.
Si vous di bien à la parclose,
En fu à sire Hain moult bel.
   Ainz que je aie cest fablel
Finé, vous di-je bien en foi,
Se voz fames mainent bufoi
Deseur vous nul jor par male art,
Que ne soiez pas si musart
Que vous le souffrez longuement,
Mès fètes aussi fetement
Come Hains fist de sa moillier