Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XVI


DU CHEVALIER
QUI FIST SA FAME CONFESSE.


Manuscrit F. Fr. 837, f. 199 r° à 200 v°.



En Beesin, moult près de Vire,
Une merveille j’oï dire
D’un Chevalier et de sa fame,
Qui moult estoit cortoise fame
Et moult proisie en sa contrée ;
A la meillor estoit contée,
Et li sires tant se fioit
En sa moillier, et tant l’amoit,
Que de rien cure ne prenoit ;
Tout li ert bon quanques fesoit,
Que jà nule riens ne féist
Se il séust qu’il ne vousist.
Ainsi vesquirent longuement,
Qu’entr’eus n’ot point de mautalent,
Fors tant, ne sai par quel manière.
Que la dame, qui moult fu chière.
Devint malade et acoucha ;
De.III. semaines ne leva.
Grant paor ot qu’el ne morust.