Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/226

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XIX


D’ESTORMI
(PAR HUGUES PIAUCELE).


Manuscrit F. Fr. 837, f. 11 r° à 14 recto.



Por ce que je vous ai molt chier,
Vous vueil uns fabler commencier
D’une aventure qui avint.
C’est d’un preudomme, qui devint
Povres entre lui et sa fame.
Non ot Jehans, et ele Yfame ;
Riches genz avoient esté,
Puis revindrent en povreté ;
Mais je ne sai par quoi ce fu,
Quar onques conté ne me fu ;
Por ce ne le doi pas savoir.
Troi prestre par lor mal savoir
Covoitèrent dame Yfamain ;
Bien la cuidièrent à la main
Avoir prise, por la poverte
Qui la féroit à descouverte.
De folie se porpenssèrent,
Quar parmi la mort en passèrent,
Issi com vous m’orrez conter