Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome I.djvu/283

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XXIV


LE FLABEL D’ALOUL.


Man. F. Fr. 837, fol. 148 v » à 148 v ».



Qui d’Aloul veult oïr le conte,
Si com l’estoire nous raconte,
Sempres en puet assez oïr.
S’il ne le pert par mesoïr.
Alous estoit uns vilains riches.
Mès moult estoit avers et ciches,
Ne jà son vueil n’éust jor bien ;
Deniers amoit seur tote rien,
En ce metoit toute s’entente.
Fame avoit assez bele et gente,
Novelement l’ôt espousée,
C’uns vavassors li ot donée
Por son avoir d’iluec entor.
Alous l’amoit de grant amor.
Ce dist l’escripture qu’Alous
Garde sa fame com jalous.
Male chose a en jalousie.
Trop a Alous mauvèse vie,
Quar ne puet estre asséurez ;
Or est Alous toz sos provez,
Qui s’entremet de tel afère.